Andrea Agostinelli : « Nous ferons tout notre possible pour passer ce tour »

Photo Papy Ngandu, photographe officiel du DCMP-Imana

A la veille de l’entrée en lice en Coupe de la CAF contre les Anges de Fatima, le coach du Daring club Motema Pembe (DCMP), Andrea Agostinelli, était devant la presse. Il reconnait que le match ne sera pas facile mais croit en son équipe et au travail abattu. « Je voudrais rappeler que gagner un match n’est pas facile mais j’ai confiance à mon équipe parce qu’elle commence à jouer comme je le veux », lâche-t-il devant les chevaliers de la plume. L’Italien a un seul objectif : « passer ce tour ». Agostinelli a encore en tête le raté de la saison dernière de son prédécesseur Otis Ngoma, devenu directeur sportif. « Mieux faire et aller loin », tel est le défi qu’il se fixe. Les Têtes pensantes vous résument la séance des questions-réponses entre les journalistes sportifs et le coach Andrea Agostinelli.

Question : Coach vous nous aviez dit lors de votre dernière victoire face à Rangers que vous ne connaissiez pas cette équipe des Anges de Fatima. Le fait de ne pas l’avoir visionné, c’est un défaut ou vous allez essayer de vous adapter au schéma tactique de cette équipe ?

Andrea Agostinelli : Connaitre l’équipe adverse c’est toujours mieux. Même si ça n’a pas été possible on peut aussi gagner le match facilement. Certainement on doit faire un grand match pour gagner demain.

La saison dernière vous n’étiez pas certes coach du DCMP, mais pour le retour de Motema Pembe en Afrique, DCMP avait raté son entrée. Cette saison qu’est-ce qu’il faut pour faire mieux et aller le plus loin possible ?

On joue pour gagner et non pas pour perdre. Moi j’aimerais passer ce tour, améliorer ce qu’on est en train de faire. Nous ferons tout notre possible pour passer ce tour.

Y a-t-il un message particulier que vous pouvez lancer aux supporters du DCMP, par rapport au match de demain ?

Pour les supporters, nous les remercions toujours. Au début nous avions quelques difficultés mais après nous sommes allés vers eux. Nous les invitons demain à venir nombreux. Nous voulons faire un grand match et un bon résultat. Je voudrais rappeler que gagner un match n’est pas facile mais j’ai confiance à mon équipe parce qu’elle commence à jouer comme je le veux. On se crée beaucoup d’occasions et on subit très peu.

A moins que je me trompe, ce sera votre premier match en tant qu’entraineur dans une coupe d’Afrique. Sur le plan mental, comment il faut aborder ce genre de match. Comment préparez-vous votre équipe pour qu’elle ne cède pas à la pression et gagne ce match ?

Un match de coupe ressemble à un derby. Ce n’est pas à moi d’abord de motiver les joueurs, ils le sont déjà bien avant. L’entraineur a néanmoins beaucoup de boulot quand un match semble facile. Moi je suis sûr que mes joueurs sont très concentrés, je dois seulement chercher l’équilibre pour qu’ils respectent l’adversaire. Nous avons 180 minutes pour chercher la qualification, nous devons jouer avec la même détermination et envie comme toujours. Aussi avec une grande intelligence à chaque moment du match.

L’histoire nous renseigne que cette équipe de Fatima pose des problèmes sérieux au DCMP. Aussi le terrain de Fatima en Centrafrique est compliqué, accidenté. Avez-vous pris des précautions ?

Je ne pense pas encore au match retour. Je m’intéresse d’abord à celui de demain. Néanmoins j’ai eu quelques indications de là où nous irons jouer.  C’est vrai que ça peut nous créer des problèmes car nous sommes habitués à jouer sur du synthétique. Mais pour le moment dans ma tête je pense au match de demain.

Prof Garry Kande

 

Catégorie: