Vodacom Ligue 1

DCMP vs Dauphin noir : Parsemain brille, Kabore impressionne

Le DCMP a fait match nul de zéro but partout, jeudi 10 mars, contre la formation de Dauphin noir de Goma au stade des Martyrs pour le compte de la deuxième journée des play-offs. Un match qui était très décisif pour les immaculés dans ce championnat après la défaite (0-2) de la première journée contre Muungano à Bukavu. Fini la colère des supporters, le mécontentement des dirigeants et l’euphorie trompeuse des dirigeants de la Ligue nationale de football (Linafoot). Place maintenant au stylo rouge. Vous avez tout compris. Prof Garry est là pour donner les notes des joueurs. Qui sera le premier et qui tiendra la queue ? Comment a-t-elle presté ? Méritait-elle ce match nul ? Les réponses, c’est dans cette évaluation de notre spécialiste. Analyse.

La machine a eu du mal à se mettre en route, avec une absence criante au milieu de terrain. Le bloc équipe avait des lignes très distendues, les joueurs éloignés les uns des autres. L’équipe adverse remportait tous les duels en imposant un défi physique. Au fil des minutes les verts et blancs retrouvaient leur jeu et imposait un rythme soutenu à la rencontre.

Très timide en début de partie, le DCMP avait du mal à imposer son jeu. Sur le banc après la démission de Zahera, le coach Daniel Bread a mis en place une animation en 4-3-3.

Comme toujours l’équipe a péché dans le dernier geste. Le DCMP a tiré 15 fois au but (6 tirs cadrés), mais sans marquer la moindre occasion. Son adversaire du jour s’est quant à lui procuré 6 tirs, dont un seul cadré.

Moyen dans le jeu, l’équipe a fait 10 centres contre 5 pour Dauphin noir.

Décidé à défendre et à imposer le jeu physique, Dauphin noir a commis 21 fautes pour 4 cartons jaunes tandis que les immaculés en ont commis 6 pour un carton jaune de Kaboré.

Très offensif dans le jeu au fil de minutes, DCMP malmené son adversaire du jour et a obtenu 9 corners sans bien les exploiter (c’est devenu une habitude qu’il faut tout de suite corriger). Dauphin noir pour sa part n’a obtenu que 2 corners.

Pour le reste de la compétition, le staff technique doit travailler sur le réalisme devant les buts.

Parsemain sort du lot

Kevin Parsemain (7,5) est désigné homme du match. Il a été l’élément le plus remuant des verts. Même s’il a connu quelques échecs, notamment sur coups de pieds arrêtés, il a mis le feu dans le camp adverse. Grâce à sa technique et sa vitesse, il a rendu très compliqué son marquage par ses vis-à-vis. Quand il n’a pas souvent été servi dans des bonnes conditions, il a souvent décroché au milieu du terrain pour participer à la construction du jeu. Il n’a pas souvent été soutenu et appuyé dans ses actions. Il a manqué la balle de match sur une passe de Lelo (85è).

Bangala (7) : Très présent dans sa zone, le capitaine a été très bon dans ses interventions. Toujours avec sa science de placement au dessus de la moyenne, il n’a rien laissé aux attaquants adverses, qui n’ont pu cadrer qu’un seul tir.

Kaboré (7) : Pour son 1er match dans le chaudron du stade des Martyrs, ce Burkinabé a impressionné. Très vif, rapide et surtout serein il a très bien bouché son couloir. Actif défensivement, il n’a pas hésité à prendre son couloir pour apporter le surnombre en attaque avec des centres. Un très bon joueur à suivre.

Ladji Zito (6,5) : Infatigable et toujours généreux dans les efforts, il a ratissé un nombre incalculable de ballons. Souvent laissé seul au milieu, il a eu du mal à ressortir les ballons.

Junior Koné (6,5) : Poussif et timide au coup d’envoi, il a eu du mal à se retrouver. Placé en pointe haute du milieu, il a relevé la tête en seconde période. Avec une main mise sur le jeu, il n’a pas été en réussite dans ses derniers gestes.

Mukoko Amale (6) : Après un début de match compliqué pour ce jeune prometteur, il s’est ressaisi pour bien faire le boulot sur son couloir. Il a répondu présent au défi physique imposé par ses adversaires.

Cédric Mbidi (6) : Très actif et remuant sur le front de l’attaque, ses déplacements répétés ont rendu la tache difficile à la défense adverse. C’est lui qui avait les clefs du match en manquant coup sur coup deux occasions nettes pour tuer le match dès la première mi-temps (32è, 36è).

Cissoko (5,5) : Un bon sens du jeu et technique, il a imposé son physique. Très bonne lecture du jeu, il a intercepté beaucoup des ballons.

Joël Musingu « Tempo » (5,5) : S’il arrive à gommer les quelques déchets dans son jeu il sera très redoutable. Virevoltant dans son couloir en répétant les percussions, il a beaucoup péché dans son dernier geste.

Matampi Vumi (5) : Il n’a pas eu grand chose à faire car il n’y a eu qu’un tir cadré de Dauphin noir.

Doxa (4) : Un match très décevant pour cet international. Il doit vite l’oublier et passer à autre chose. Inexistant dans le jeu, trop des pertes de balles, des relances moyennes et approximatives, il ne s’est pas retrouvé dans ce match.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer