Vodacom Ligue 1

Dcmp – renaissance: explications juridiques des faits.

Prévu hier lundi 08 mai au stade des martyrs, le derby kinois entre Dcmp et renaissance n’a pas eu lieu. Depuis hier, les discussions et polémiques sont au menu du public sportif congolais.  Juste après le match dans la soirée, la linafoot s’est réuni. Les officiels du match (arbitres et commissaires) ont fait leurs rapports.

Vu l’heure tardive, les travaux se sont arrêtés et ont repris cet avant midi vers 11h. Le comité exécutif de la linafoot, via son président, a promis de statuer sur le dossier dans bref délai. Une réponse est donc attendu au courant de la journée ou demain.

Que disent les textes sur ce qui s’est passé hier ? Quelle est la sanction prévue ? Au moyen des éléments juridiques et réglementaires, votre site via le Prof Garry Kande, vient donner les éléments de réponses.

Des drapelets manquants.

Plusieurs personnes se sont posé la question de savoir pourquoi le match ne s’est pas joué sans ces drapelets.  La réponse est inscrit dans la loi 1 du document de la Fifa sur les lois du jeu de juillet 2004. La loi 1 parle du terrain de jeu et il est clairement dit : « Le drapeau de coin est obligatoire ». Et en plus toutes les dimensions y sont reprises.

Sans ces drapelets, le terrain a été jugé « non convenable » comme le dit l’article 218 des règlements généraux et sportifs de la Fecofa . A cet effet, l’arbitre est tenu de prendre une décision sans tenir compte «  de la présence des équipes qui auraient dû prendre part au match ».

au sujet du non remplacement des drapelets par l’organisateur, l’acte est justifiée. C’était clairement défini que les supporters de Renaissance les ont enlevés volontairement et ce n’etait pas un cas de force majeur (intempéries par exemple).

Des comportements des supporters.

D’aucuns ont voulu dissocier les comportements des supporters de Renaissance de l’équipe. Certains médias ont même parlé des « individus non identifiés ». Hors, les images montrent bien un supporter portant une amulette aux couleurs des oranges enlever le poteau de coin.

Quand le commissaire du match a instruit au capitaine et officiels de Renaissance de restituer les effets, les poteaux de coins sont sortis de leurs supporters. L’article 80 du code disciplinaire de la Fecofa, dit clairement que « le club répond du comportement de ses supporters, notamment jet de projectiles, envahissement de l’aire de jeu, violation de zone neutre, attitudes inconvenantes,… »

Donc le club adverse doit payer et être sanctionné suivant le comportement de ses supporters. Très agité dès l’entrée du stade, ils se sont même opposés à l’entrée de leur vestiaire aux joueurs du Dcmp pour le traditionnel contrôle des licences.

De la présence de Kazadi .

C’est la présence de Kazadi dans la zone neutre que se sert renaissance pour justifier le comportement de ses supporters. Kazadi était suspendu pour ce match. Aucune disposition règlementaire en vigueur au Congo n’interdit à un joueur suspendu d’être sur la zone neutre avant ou après un match.

Selon l’article 19 paragraphe 2  du code disciplinaire, il est stipulé que « Le joueur suspendu ne peut pas figurer sur la feuille de match sous peine des sanctions et une amende pour le club ». Hors le nom de Zadio ne figurait en aucun cas sur la feuille de match du Dcmp remis aux officiels avant le match.

En plus après juste l’échauffement de des coéquipiers, Kazadi a pris place dans la tribune pour suivre le match. Un argument non fondé pour justifier le comportement anti sportif des supporters d’un club dirigé par un soit disant homme de Dieu.  Un club qui excelle dans les mensonges et pratiques fétichistes à outrance.

Des pratiques fétichistes de Zadio.

Là encore le club de l’évêque, en manque d’argument, veut chercher des poux dans la tête d’un chauve. Chaque joueur à sa façon d’exprimer sa concentration avant un match. Depuis le début de la saison, kazadi a toujours l’habitude de se place au coin de corner. Et jamais le Dcmp n’a écopé d’une amende pour pratique fétichiste sur ce geste de concentration.

L’article 70 du code disciplinaire de la fecofa détermine clairement les actes à considérer comme occultes. On parle de « jet ou aspersion des produits ou autre objets sur le joueur ou l’aire de jeu ». Au contraire ce sont les supporters et encadreurs adverses qui se sont donner à ce spectacle au vue de tous.

De la sanction à infliger.

Au regard de tout ce qui précède, la linafoot est tenu de sanctionner sévèrement le coupable. Il en va de la crédibilité du championnat. Selon l’article 223 des règlements généraux et sportifs, un club qui arrête le bon déroulement d’un match « en raison d’indiscipline des joueurs, d’incidents provoqués par une ou deux équipes en présence, l’insuffisance de ballon, etc… , le comité compétent doit infliger un forfait à l’équipe ou aux deux équipes fautives le cas échéant »

La linafoot doit donc appliquer la loi et sanctionner Renaissance par un forfait. La loi n’est pas seulement faite pour les petits clubs. Nous demandons à notre comité d’être vigilant sur ce dossier. Si la linafoot ne nous donne pas gain de cause, nous devons aller en évocation à la fecofa.

Au courant des dernières années, la linafoot a souvent sanctionné le Dcmp par des forfaits à tort ou à raison. Il est grand temps que les immaculés soit reconnu comme une institution du football congolais et méritent du respect pour son histoire. Que justice soit faite. Aucune disposition n’autorise la reprogrammation de ce match.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer