NouvellesVodacom Ligue 1

DCMP-Renaissance : une histoire des drapelets gâche le derby

C’est une première dans l’histoire du football congolais et peut-être mondial. L’absence des drapelets des piquets de corner sur l’aire de jeu. La scène parait anodine mais elle est pourtant réelle et elle s’est déroulée lundi 8 mai au stade des Martyrs de Kinshasa. Une situation qui a empêché le déroulement du derby kinois entre le DCMP et le FC Renaissance. Un match très attendu par les mélomanes venus nombreux pour cette explication.

Le décor est planté. Les 22 acteurs sont sur l’aire de jeu. Les arbitres sont en place. L’arbitre protocolaire sur sa table. Le commissaire au match aussi.

Seulement, à quelques secondes du coup d’envoi, les officiels du match constatent l’absence des deux piquets de corner et leurs drapelets du côté du poteau qui donne le dos à l’entrée du vestiaire central.

En outre, constate-t-il, il n’y a pas de drapelets sur le flanc gauche du poteau qui donne le dos au marquoir. La décision de l’arbitre est sévère : il n’y aura pas de match sans les deux piquets et les trois drapelets. Il donne du temps pour retrouver ces biens perdus.

Quelques minutes après, les deux poteaux du côté de l’entrée du vestiaire central sortent du côté de Renaissance.

Il insiste pour que les trois drapelets reviennent, sans succès. 45 minutes après, les officiels se dirigent dans le vestiaire central et le match ne sera pas joué.

Renaissance et la superstition

Tout commence sur un fait anodin pendant la séance d’échauffement. Kazadi Kasengu « Zadio », suspendu pour ce match se pointe sur le poteau du corner droit de l’entrée du vestiaire central. Téléphone en mains, il tripote les touches de son portable. Il se prend des selfies, et photographie ses coéquipiers.

En ce moment, les encadreurs de Renaissance tombent dans le jeu. Ils vont aussi positionner deux hommes sur les piquets du corner du poteau du marquoir. L’un d’eux s’en va avec le drapelet (c’est l’un des trois drapelets disparus).

Quand les joueurs rentrent dans le vestiaire central pour le contrôle des licences, les encadreurs de Renaissance ne sont pas à leur aise. Ils veulent à tout prix se rendre compte de ce qui s’est passé du côté où Kazadi manipulait son téléphone.

Ils arrivent à assouvir leur soif : pendant que la RTNC, la chaine nationale prend la retransmission, on voit bien un supporter de Renaissance, avec chapelets de sn club, venir arracher le poteau où était Kazadi Kasengu (c’est le deuxième drapelet recherché qui s’en va, et le premier poteau à problème).

Comme si cela ne suffisait pas, il arrache un autre piquet de corner du même poteau om Dilma le portier du DCMP se place calmement, attendant le match (c’est le troisième drapelet recherché et le deuxième poteau de corner disparu).

La scène se passe à la chaine nationale, la RTNC.

Discussion des sourds

Les officiels de la Ligue nationale de football (LINAFOOT) sont présents. Ils assistent à la scène ignoble. L’arbitre interpelle le capitaine de FC Renaissance et lui montre bien la destination des piquets de corner.

Il voit bien la destination de ces piquets et interpelle à son tour les encadreurs de son équipe pour rendre les biens « volés ». Sans succès.

Dans ces conditions, il est difficile à l’arbitre d’officier la rencontre.

Le secrétaire de Renaissance, M. Tutonda, supplie les supporters de son club à rendre les drapelets et les piquets emportés. Les piquets vont finalement revenir, du côté de Renaissance. La scène est filmée et retransmise à la RTNC, même si Jeff Kapondo de Mazembe, intervenant sur Digital Congo, veut nous faire croire que « c’est ce que les gens racontent ».

Non, Jeff, les images le prouvent. Les supporters de FC Renaissance ont emporté les trois drapelets et les deux piquets, qu’ils ont par la suite rendu, en pleine retransmission du match à la RTNC.

C’est cette histoire des drapelets, qui a plongé le FC Renaissance dans la superstition, qui a empêché la grande messe du lundi 8 mai entre le grand DCMP et les « Oranges », ancrés dans les pratiques fétichistes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer