Tamla Ladji Zito : « Les dirigeants ne voulaient plus de moi »

Photo Papy Ngandu, photographe officiel du DCMP-Imana

Tamla Ladji « Zito » est arrivé au DC Motempa Pembe en 2015. Il a joué plus de cinquante matchs en trois saisons au sein de cette équipe qu’il dit porter dans son cœur. « Je suis un grand supporter du DCMP ». Après l’expiration de son contrat, il ne savait plus quoi faire. Pourtant, avant son départ à Abidjan (Côte d’Ivoire) pour ses vacances, il a demandé ce que les dirigeants pensaient de lui. « On compte sur toi », avaient répondu les dirigeants. Depuis son pays natal, personne ne décrochait à ses appels. Il décide quand même de revenir à Kinshasa. Et le cauchemar commence. « Je me réveillais le matin, et je ne savais pas ce que je devrais faire », relate l’ancien milieu défensif du club. Il relate son ras-le-bol au site des Têtes pensantes, le seul média africain à qui le joueur s’est confié avant de rentrer définitivement dans son pays. Nous vous publions une série d’articles de sa longue interview.

« Je dois clarifier les choses »

« Zito » ne savait plus ce qu’il devrait faire. Tantôt, le comité lui propose de faire un stage en Europe, en tant qu’entraineur, tantôt, il va jouer, tantôt, il va combiner les deux métiers. Il se propose de clarifier les choses.

« J’ai fini la saison dernière [2017-2018]. Je suis en fin contrat et je dois rentrer en vacances. Pour moi c’est tout à fait normal de rencontrer les dirigeants avant de partir. Il se murmurait déjà un projet d’entraineur comme quoi le président Aubin Minaku avait décidé de payer mon stage en Europe pour être entraineur », dit-il.

Pour lui, le métier de l’entraineur ne l’intéressait pas : « à la base, moi en quittant le football je n’avais pas décidé d’être entraineur, ce n’est pas un truc qui me passionne. Je ne pense pas être fait pour entrainer ».

Mais d’où est venu alors cette idée d’entrainer ?

« Avant de partir en vacances j’ai eu une discussion avec le Dr Jérôme [le trésorier général du club]. Je lui demande : « Là je suis en fin de contrat, comment est-ce que ça va se passer ? ».

Il [Dr Jérôme Ntangu] m’explique : « qu’il y avait le président (Aubin Minaku) qui a décidé de payer mon stage d’entraineur. Tu reviens de tes vacances et tu vas jouer. Mais en même temps on va te faire un programme. Quand tu auras le stage en Europe tu iras, quel que soit le temps que ça prendra et après quand tu es ici tu joues ».

En fait on était parti sur cette idée-là. Je joue et en même temps je vais en Europe pour faire mon stage quand c’est le moment, résume Zito, qui dit que les deux parties étaient d’accord sur ce point.

« Moi ça ne me dérange pas parce que je ne voulais pas totalement arrêter avec le foot. C’est moi-même qui ai décidé de jouer au foot, on ne peut pas m’imposer d’arrêter. Donc on s’était convenu que j’allais jouer, encadrer les jeunes et faire mes stages d’entraineur en même temps ». La proposition est alors acceptée, pourvu qu’il continue à jouer.

« J’ai appelé Dr Jérôme plusieurs fois…sans décrocher »

Ensuite Zito rencontre le président Hassan Abdallah [le président de coordination] dans son bureau avec qui, il dit avoir eu une discussion.

« La première question que je lui ai posée, plus de 3 fois était : « Président, est-ce que vous comptez sur moi pour la saison prochaine ? ». Il me dit : « Oui il n’y a pas de soucis. Tu pars en vacances et tu reviens. D’abord on te paie ton billet ». Je dis : « Ok il n’y a pas de problèmes président ça marche ». Moi je suis un homme de parole à la base.

Moi c’est la parole d’abord. Ceux qui me connaissent savent que moi c’est la parole, moi je n’ai pas besoin de signer les papiers. Ils me connaissent bien les dirigeants, ils savent que c’est à la parole que je marche. Et de là je pars en vacances. Quand je reviens, le Dr Jérôme m’appelle. Il faut signaler que quand j’étais à Abidjan je l’ai appelé plusieurs fois il n’a pas décroché.

« Tu vas être assistant du coach ».

Quand je reviens il [Dr Jérôme] m’appelle et me dit : « Félicitations pour ton nouveau poste ». Mais moi je n’avais rien compris du tout. On se donne rendez-vous au bureau du président Hassan pour en discuter.

Arrivé là-bas ils m’appellent tous entraineur. Je ne comprenais rien.je demande : « qu’est ce qui se passe » ? Ils me disent : « Tu vas être assistant du coach ».

Je leur dis que ce n’était pas ce dont on s’était convenu avec le Dr Jérôme. Là j’étais vraiment surpris.

Au fil des jours, Zito n’a jamais assisté le coach Andréa Agostinelli. Que s’est-il passé ? Les Têtes pensantes vous proposent la suite dans les prochains articles.

Têtes pensantes.

Catégorie: