DCMP vs Stade Renard : entrée réussie pour les Immaculés

Photo Papy Ngandu, droits tiers.

C’est une entrée réussie lors des 32e de finale ou tour préliminaire de la Coupe de la Confédération (C2). DCMP a battu le club Stade Renard par deux buts à zéro. Une victoire qui s’est dessinée aux derniers instants, pratiquement dans les 20 dernières minutes de la partie. La première signature est de Rachidi Asumani à la 68e minute et le second porte la patte de Juniro Abou Koné à la 82e minute. Imana assure un voyage tranquille à Yaoundé. Revivez le match.

Pas de minutes d’observation côté Immaculé. Le DCMP joue haut et montre bien ses ambitions de « tuer » le match dès les premières minutes, à l’instar de l’incursion de Rachidi Musinga (1’) qui sera sans dager. Il sera imité deux minutes plus tard par Héritier Ngouelou, mais sa tête est non cadrée. Rachidi Musinga continue de faire mal à la défense camerounaise (7e) mais bute sur le gardien.

Lancé dans l’attaque, DCMP se laisse découvrir derrière avec une balle de contre-attaque bien négociée par l’attaquant camerounais, qui obtient le tout premier corner de la partie (9e). La première frappe cadrée des Camerounais intervient à la minute qui a suivi. Mouko Barrel capte en deux temps le tir de Mbela Mbela. Pas de danger.

Daring ne désarme pas. Héritier Ngouelou est très sollicité, mais gâche souvent des actions. A la 19e minute, parti en vitesse, il laisse derrière lui son garde du corps, mais rate complètement son centre. Koné s’invite dans un jeu en triangle avec Ngouelou et Musinga, transfuge du FC Renaissance. Après une bonne combinaison, ce dernier « dépose » une balle pour Ngimbi, qui tente une frappe instantanée mais la balle choisit le décor.

C’est ensuite une série de ratés, soit des centres sont mal donnés, soit les joueurs réceptionnent des balles dans la surface de réparation, mais sans parvenir à tromper le gardien camerounais. C’est le cas de Romarove Carter (25e), le coup franc mal tiré de Koné (29e) à l’entrée de la surface de vérité. Les 30 premières minutes se terminent avec une nette domination de Motema Pembe, mais sans trouver des failles.

Cyrille Zezeto retarde l’échéance

Daring déroule, Daring produit du jeu, mais les attaquants ne trouvent pas de faille. En face, le portier de stade Renard, Cyrille Zezeto ne fait que retarder l’échéance. Quand Musinga se retrouve seul en face du gardien (31e), il préfère chercher Carter de l’autre côté, alors qu’il aurait pu tenter sa chance. Altruisme ou fuite de responsabilité ?

Le jeu se poursuit, et les actions dangereuses sont toujours à l’avantage du DCMP. Doxa réceptionne une balle, il est fauché dans la surface de réparation mais l’arbitre ne dit rien. « Jouez », fait-il d’un geste de la main, demandant au nouveau capitaine de Daring de se relever.

Stade Renard n’est pas venu qu’en victime expiatoire. L’équipe attaque et tente de plonger le stade dans le froid, sur une action (encore) de contre-attaque. Peter Ikoyo, transfuge du FC Renaissance, sauve les Immaculés.

Pendant ce temps, Mukoko Amale fait du mal à la défense adverse. Ses montées ne profitent malheureusement pas à ses coéquipiers en attaquent qui n’ajustent pas bien leurs frappes, qu’il s’agisse des corners (36e avec Koné qui trouve Ngouelou qui choisit encore le décor) ou des coups francs, ou encore des tentatives de loin (39e avec Amale).

Romarov, converti pour la circonstance en attaquant de pointe ne sera pas non plus tranchant aux 42e et 45e minutes. C’est la mi-temps au stade des martyrs. De la tribune d’honneur ou du pourtour, ou encore des tribunes latérales, les supporters jettent leurs regards sur le marquoir : 0-0.

Le festival Mbele… Et le but

Après la pause, Isaac Ngata, le nouvel entraîneur du DCMP fait monter Junior Mbele en lieu et place d’Héritier Ngouelou. Daring démarra encore en se projetant en attaque. A la 47e minute, il y a incompréhension entre le gardien Zezeto et son défenseur mais l’attaquant immaculé qui a suivi rate l’occasion d’ajuster son ballon.

Junior Mbele, frais, fait énormément du mal aux défenseurs camerounais. Il est plusieurs fauché près de la surface de réparation, mais les coups francs ne donnent rien (49e, 67e, 75e).

Dans un jeu où le Daring fait circuler la balle dans le milieu de terrain, les attaquants sont cherchés en profondeur, mais devant, personne ne parvient à tromper le portier camerounais. Le jeu se poursuit, les minutes passent et les visages sont inquiets, y compris le président Vidiyé Tshimanga, que la caméra de la RTNC prend en gros plan.

La délivrance intervient à la 68e minute. Parti à la limite du hors-jeu, Rachidi Musinga sert Rachidi Asumani. Calme, posé, il place la balle dans une cage presque vide. Les occasions se multiplient et Ikoyo, qui est monté sur une action d’attaque rate de doubler le score (74e).

Loko se tente aussi, cherchant un deuxième but, mais son tir, parti d’un coup franc, trouve le montant gauche.

A la 82e minute, alors qu’Asumani vient de rater l’occasion de réaliser un doublé, c’est au tour de Koné se réceptionner la balle, d’une frappe de son pied gauche, il trouve le chemin de filet pour le 2-0.

Les autres incursions ne donneront rien. Mouko Barrel aura passé un après-midi plus que tranquille et Daring se donne une belle opportunité de se hisser au tour suivant, le fameux « 16e rue ». En attendant, il faut faire le boulot du Cameroun, dans environ deux semaines.

La Rédaction.

Alertes mail

Recevez une alerte mail chaque fois qu'un article est publié sur notre site. C'est gratuit. Entrez juste votre adresse email.
N'oubliez pas d'ouvrir votre email pour confirmer l'inscription

Votre adresse email:

Service offert par FeedBurner