Otis Ngoma

Otis Ngoma de retour

Photo Papy Ngandu, photographe officiel du DCMP-Imana

Le coach Otis Ngoma a repris, mercredi 27 février, les rênes du staff technique du Daring club Motema Pembe (DCMP). Il remplace à ce poste Andra Agostinelli limogé pour n’avoir pas atteint les objectifs qui lui ont été assignés : le titre de la LINAFOOT et une qualification aux quarts de finale. Au fait, dire qu’Otis remplace Andrea est logique. En réalité, il est de retour.

Jérôme Ntangu : « l’autorité morale n'a jamais demandé à Otis de démissionner »

Photo Papy Ngandu, photographe du DCMP-Imana

Après l’écrasante victoire de DCMP contre Lupopo (4-0) le dimanche 6 mai dernier à Kibasa Maliba, le coach Otis Ngoma dans son interview a peint le tableau de la situation actuelle du club et a laissé entendre qu'il quittera Daring à la fin de cette saison, « sur demande de l’autorité morale Aubin Minaku. »

Une déclaration qui a fait couler beaucoup d’encres et de salives, dans le milieu imanien.

Dans un enregistrement audio diffusé dans les forums des Imaniens, Jérôme Ntangu précise que nullement le coach avait l'intention de dire qu'il quittera le navire.

Otis pleura… et sanglote son départ

Photo Papy Ngandu, photographe du DCMP-Imana

Au-delà de la victoire face au FC Saint Eloi Lupopo, les émotions du coach du DCMP, ont retenu l’attention de plus d’un observateur. Devant les caméras à la télévision nationale, Otis pleura.

Emotif, parfois qui ne place pas sa langue dans sa poche, Otis Ngoma a fait couler des larmes. Des gouttes des larmes dédiées à son joueur Lema qui a perdu sa femme, à la veille du classico contre le TP Mazembe.

DCMP-Mazembe : exorciser Kinshasa

Photo Papy Ngandu, photographe du DCMP-Imana

10 ans de vide, 10 ans de mauvais sort, 10 ans de malédiction. Kinshasa n’apporte plus de chance au Daring club Motema Pembe (DCMP) face au TP Mazembe. Cette même terre qui a renversé les Corbeaux sur un hold-up en 2008 [mené par deux buts à zéro, Imana avait gagné par 3-2] est devenue stérile… L’exploit du club, c’est un nul à Kamalondo. Et quand Mazembe vient à Kinshasa, les Faucons laissent leurs plumes, emportées par les Corbeaux…

Pages