Vodacom Ligue 1

Division I : Ntambwe et Kuluta dénoncent un complot contre le DCMP

Le président de la section football du DCMP et le secrétaire général du club ont dénoncé un complot contre leur équipe. Les deux personnalités ont été invitées samedi 12 mars à l’émission « Au cœur du sport » diffusée à la chaine Télé 50.

L’objectif de ce complot : faire disparaitre le club et l’empêcher de se retrouver en compétition africaine.

Le plan du complot : envoyer des arbitres « Kamikaze », pour une mission : casser toutes les actions de but et au besoin, invalider le but marqué pour soulever les supporters et prendre des décisions hâtives, ont-ils soutenu.

Quand exécuter ce complot : au dernier virage du championnat, lors des play-offs.

Preuve de ce complot : complaisance des arbitres et acharnement des dirigeants contre le DCMP.

Des exemples étayés par Kuluta et Ntambwe.

Pour cette année sportive en cours. Le DCMP a commencé la phase de play-off contre Muungano de Bukavu. L’équipe a perdu par deux buts à zéro. A la fin du match, l’ancien entraineur du club, Mwinyi Zahera a dénoncé le comportement des hommes en noir.

Le DCMP a émis des réserves, depuis le 5 mars, quant à la qualification de quelques joueurs litigieux de son adversaire du jour. Les résultats restent suspendus mais les décisions trainent.

Cinq jours après, soit le 10 du même mois, le DCMP joue contre Dauphin noir et il y a des incidents. La Linafoot suspend les résultats le même jour et inflige un forfait et des amendes contre le club le jour suivant.

Quid de l’arbitre, s’interroge le Secrétaire général Kuluta ? On attend le rapport du commissaire au match, rétorque la Linafoot.

Et Kuluta de se demander : sur base de quel rapport a-t-on sanctionné le DCMP ?

Lors de la phase de poule, le DCMP a introduit deux recours : contre Vutuka de Kikwit et MK de Kinshasa.

Pour le premier cas, le club avait aligné des joueurs litigieux, le dossier n’a jamais été traité, parce que c’est Daring qui avait raison.

Concernant le deuxième cas, MK a fait jouer Coco Eale alors qu’il avait deux cartons jaunes avant ce match, vidéo à l’appui. DCMP n’a jamais bénéficié de son droit, parce que l’équipe avait raison.

Comparaison avec la saison dernière

L’année dernière, c’était la même chose. Des arbitres venaient gâcher la fête du football mais restaient impunis et c’est le DCMP qui en pâtissait : que des sanctions contre le club : forfait par-ci, amendes par là et huis clos par-ci.

Des exemples sont à puiser lors des rencontres contre Sanga Balende, Groupe Bazano, Lupopo, Vclub et autres.

Provocations des soulèvements

Le but de tous ces complots est de provoquer le soulèvement des supporters (une masse que personne ne peut maitriser).

« Des ennemis du pays », comme l’a affirmé le président de la section football, Charles Ntambwe.

« Alors que nous sommes dans une période difficile dans notre pays, la Linafoot envoie des arbitres avec mission de déstabiliser le DCMP afin de provoquer des soulèvements publiques », s’indigne-t-il.

Faut-il rappeler que les émeutes du 4 janvier ont commencé avec les supporters de Vclub mécontents des décisions arbitrales et la tension politique ?

Il appartient à la Linafoot de préserver le climat social du pays, en évitant la complaisance dans le choix des arbitres et son acharnement contre le DCMP.

Le DCMP n’acceptera plus qu’un arbitre s’illustre par la complaisance à la barbe et au nez des organisateurs du championnat.

Faute de sanctions exemplaires, les supporters seraient tentés de se faire justice. Un sentiment naturel et normal pour un peuple qui se sent opprimé.

Articles similaires

33 commentaires

  1. Ping : dapoxetine 90mg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer